Portrait du jour où j’ai rencontré la Chambe.

Imaginez la lumière. Celle d’un matin nouveau, la rosée sur les herbes hautes et le soleil encore timide venant toquer en faisceau à la lucarne du buron. Imaginez la lumière. Celle d’une chaude soirée d’été qui se prolonge à l’infini ou le crépuscule de l’orange automnal. Imaginez la lumière des bougies, que l’on allume une à une. Petites flammes heureuses qui dansent la vie.

Elle est si belle cette pierre, abri de l’histoire des hommes et de l’animal. Si profonde, née dans le tumulte des volcans, noire et chaleureuse. Une pierre qui écoute les sourires et les histoires, les pensées et les chagrins. L’eau y coule et l’intimité de chacun s’y enveloppe. Prendre un bain dans la baignoire de la Chambe est une merveille. L’expérience de vivre dans l’harmonie des sens : l’odeur du bois qui fume, le bruit du bois qui crépite, la couleur du bois qui brûle. Toucher le bonheur et y prendre goût.

La Chambe est belle. Et en cela, elle se respecte. Sans heurt. Pour les plaisirs d’y cuisiner avec soin, d’échanger avec délicatesse, de passer le temps comme un cadeau. D’observer les lieux dans le regard des enfants : les voir jouer de leurs peurs sous la chambre voûtée, les entendre rire sous la douche avec vue, capter leur surprise sans électricité, les voir courir au son des cloches des vaches voisines.

Une simplicité magique. Confortable et authentique. Lieu d’exception. On y vient recevoir le présent en équilibre et respirer le parfum de la liberté. Imaginez un rêve éveillé.

http://www.burondelachambe.com